La ruta de la muerte

Hervé était parti, nous étions à La Paz et la prochaine destination prévue était le Pérou en passant la frontière à Désaguadéro et, ainsi, longer le lac Titcaca jsuqu’à Puno. Mais voilà qu’Elo me dit : « J’ai envie de faire la route de la mort. Ça te dit ? En étant si près, ce serait dommage de ne pas la faire non ? ». C’est vrai que je n’étais pas plus que ça emballé au début (particulièrement après ce que nous en avions entendu de Mélanie et Rod, nos amis voyageurs retrouvés au Brésil). Mais après avoir vu les photos de notre collègue cyclotouriste Lucas, qui l’avait faite une ou deux semaines avant, je rejoignis Elo dans son idée de se faire cette route mythique.

Nous voilà donc partis en direction de la route de la mort à 60 km de la Paz. Nous avons mis deux jours pour l’atteindre; pluies intermittentes et 4700 mètres d’altitude atteint… Nous prendrons 2 nuits de repos sous un hangar avant de nous engager sur cette route. Révision des vélos, changement des plaquettes de frein et hop c’est parti pour 32 km et 5h30 de descente sur cette piste de l’extrême. L’arrivée se fera à Coroico (+6 km de montée pavée, un enfer !), village perché dans les montagnes ou nous passerons deux nuits avant de rentrer sur La Paz en minibus par la même route !

Durant la descente, nous verrons débarquer Jean Pierre, la cinquantaine, avec qui nous échangerons quelques mots avant de repartir. Bien sur, il nous a mis une grosse claque (voir la photo pour comprendre) et nous le retrouverons à Coroico à l’hôtel plusieurs heures après lui ! Un champion ce Jean Pierre !

 

One thought on “La ruta de la muerte

  1. Impressionnant cette route! Bravo Ludo, je vois que tu t’étais bien entraîné sur les velibs!

Comments are closed.