Catégorie : Bolivie

3 Cyclos en Bolivie…

De retour à Uyuni tard dans la nuit (souvenez-vous, train de nuit depuis Atocha), nous rentrâmes directement à l’hotel Avenida ou nous avions désormais nos habitudes. Hervé arrivait le lendemain à « l’aéroport international » d’Uyuni, avec son vélo, pour un périple d’une dizaine de jours jusqu’à La Paz ou il prendrait son avion de retour pour la France…avec son vélo ?

Nous avons donc commencé, les premiers jours, par le Salar d’Uyuni (un 60 km jusqu’à l’île d’Incahuasi), puis nous avons rejoins Potosi en bus car la route était vraiment trop difficile pour quelqu’un qui n’était pas habitué. Après une nuit à Potosi, nous sommes remontés sur les vélos pour rejoindre Sucre et ainsi rentrer dans le vif du sujet avec notre ami. 155 km en 4 jours pendant lesquels nous avons avons mis notre Hervé à rude épreuve…

De Sucre nous n’avions pas d’autre choix que de prendre un bus pour La Paz compte tenu du temps dont il disposait et compte tenu que le Lac Titicaca était incontournable (688 km, plus de 10h de bus). Arrivés à La Paz, nous avions déjà passé 8-9 jours ensemble et il ne restait pas beaucoup de temps à Hervé. Après avoir visité le centre de la capitale, ville-marché à ciel ouvert, nous prenions un bus pour Copacabana, ville frontalière avec le Pérou sur les rives du lac le plus haut du monde. Nous étions de retour à La Paz 2 nuits avant son départ afin de tout boucler (emballage pour le vélo, réservation du taxi, etc…) ce qui nous permis de voir un peu plus cette ville atypique aux airs de San Francisco tellement ça monte et ça descend !

Comme d’habitude, ce n’est qu’un résumé de la venue de notre ami et je vous laisse donc le plaisir d’aller lire le récit d’Elo pour en savoir plus sur cette petite cyclo-aventure à 3 en Bolivie ! Cliquez ICI

Hervé, tu n’as plus qu’a commenter cet article pour nous faire part de ton sentiment et/ou de tes douleurs ! 😀  En tout cas, merci d’être venu nous rendre visite !

Place aux photos !

  1. Uyuni, Potosi et sur la route pour Sucre :

 

2. La Paz :

 

3. Copacabana et le lac Titicaca :

Après Sucre, en vélo vers…Atocha.

Seconde partie du plan « d’attente » de notre ami « jeune cyclotouriste » Hervé, nous voilà revenus à Uyuni pour retrouver nos fidèles montures et partir en direction de Tupiza, plus au sud, en direction de la frontière Argentine.

D’après les cartes et les plans que nous avions pu voir, la route ne serait pas asphaltée. Selon notre récente expérience de ces routes depuis Calama, nous nous disions que cela ne pouvait pas être pire et que nous serions capable de faire les 200km, tranquillement étalés sur les 5-6 jours prévus avant de revenir pour accueillir notre ami. Après tout, cela ne faisait pas plus de 30 km par jour…

Nous n’avons été que jusqu’à Atocha. Ras le bol de ces pistes impossibles à gravir ou même sur le plat on manque de tomber à cause d’un banc de sable… Atocha, à 100km quand même, fut une destination suffisamment difficile à atteindre pour qu’on prenne le train du retour à cette gare. Et les boliviens nous ont confirmé que la piste était encore plus difficile entre Atocha et Tupiza… On aime le vélo mais nous avons atteint nos limites en terme de surface et de difficulté en Bolivie.

Malgré tout, nous avons apprécié le retour au camping sauvage au milieu de nulle part, les rencontres dans des villages perdus et absents de toute carte et bien sûr les paysages hors normes que nous avons admirés tout au long de cette piste. Aussi, le train du retour, de nuit et en classe « popular » fut une expérience à part avec une vitesse moyenne de 50km/h pour un bruit et des secousses dignes de Space Mountain…

Comme d’habitude, quelques clichés pris sur ces 100km de « ripio » !

 

En attendant la compagnie….vamos a Sucre !

Après avoir digéré mon second repas pris à Uyuni,  pendant 24h au fond de la couette et des allers-retours salle de bain – lit,  après avoir pris le temps de nettoyer les vélos, les sacoches et quelques autres affaires, et, enfin, après s’être reposé, nous élaborions un plan de visite (surtout Elo) en attendant la venue de notre ami Hervé prévu une dizaine de jours plus tard. Le programme « d’attente » était le suivant :

  1. laisser les vélos et quelques sacoches à Uyuni pour se rendre à Sucre en bus, y passer quelques jours pour visiter la ville tranquillement puis rentrer sur Uyuni,
  2. reprendre les vélos et les affaires pour faire une excursion jusqu’à Tupiza. Le retour à Uyuni étant prévu en train pour accueillir notre ami à l’aéroport international s’il vous plait !

Après avoir obtenu de laisser les affaires en sécurité à l’hôtel, nous prenons donc le bus pour Sucre à 350km et 8h de route en mode « leger »… Finalement les 8h de route se sont transformées en 10 ou 12 à cause d’une panne intervenue seulement 1h  après le départ; bus immobilisé, nous avons attendus l’arrivée d’un remplaçant, ce qui en Bolivie prend du temps, comme un petit peu tout d’ailleurs… :-).

Dès le lendemain, nous découvrons une ville très charmante, agréable à souhait et une population très accueillante et bienveillante. Nous avons pris du bon temps à Sucre et il s’agit d’un grand coup de cœur en Bolivie ! Les musées, les parcs, les bâtiments coloniaux, l’atmosphère générale nous ont absolument charmés ! Même le cimetière est unique. Les étudiants y viennent pour se détendre ou pour manger sur le pouce dans ses larges allées ombragées et fleuries. Il y règne une ambiance plutôt légère qui contraste beaucoup avec nos cimetière à l’atmosphère plus grave…

A vous de découvrir Sucre avec les photos ci dessous : le bus en panne d’abord puis le centre ville, le musée historique, le cimetière, la faculté de droit ou encore les toits de la ville… Bonne visite.

Ola Bolivia ! En route pour Uyuni et le Salar…

Une fois notre gymnastique faite sur le poteau de la frontière, nous reprenions notre route en direction de Uyuni avec comme projet de traverser une petite partie du Salar (ce désert de sel fait 10582 Km2… 😀 ).

La route ou plutôt, la voie sablée, gravillonneuse ou rocheuse que nous suivions ne s’est pas vraiment arrangée… Nous en avons bavé jusqu’à l’entrée du Salar,  celle de Puerto Chuvica ! Nous ne faisions pas plus de 30 km par jour tellement nous dépensions toute notre énergie à pédaler dans le sable et à éviter les gros cailloux ou les nids…d’autruches. Un enfer !

 L’ entrée du Salar puis la traversée de ce dernier fut une belle récompense et une expérience très forte ! Imaginez un peu : pédaler sur cette couche de sel sans aucun repère visuel si ce n’est les traces de 4X4 qu’il faut suivre pour (s’) en sortir;  planter la tente le soir et admirer le coucher de soleil sur cette surface entièrement plane et blanche (vue de haut parce que de tout près ça secoue beaucoup de rouler sur les concrétions de sel…); pas âme qui vive autour de vous sur des milliers de km² à part un véhicule ou deux qui passent par là et dont les passagers hallucinent en voyant 3 vélos, 2 tentes et les propriétaires tout heureux au milieu du désert… Génial ! La nuit est froide mais le petit déjeuner au lever de soleil est unique ! Vraiment ce fut une expérience marquante.

A la sortie du Salar, mauvaise surprise : il restait encore 20km à faire pour atteindre Uyuni. Nous n’étions qu’à Colchani. Et nous ne pouvions pas passer une nuit de plus dans le Salar ou à coté : nous avions vidé nos réserves de nourriture, combustible, eau ainsi que la réserve « courage » ou « motivation ». Uyuni était le seul endroit pour se ravitailler ou mieux, pour un resto, puis trouver un hôtel  de base (en dehors des hôtels de sel) et se reposer quelques jours (la dernière douche remontait à Calama au Chili…soit 7 ou 8 jours). 

Vidés, à sec et voyant le soleil décliner peu à peu en cette fin d’après midi, nous reprenons la route…sans voir venir le pire. Après 3 ou 4 kilomètres, nous re re re re retrouvons une route de m**** non asphaltée (sable, roches, graviers), en travaux (camions, 4X4 qui soulèvent tout le sable en passant à fond) et le soleil qui se cache toujours plus vite que vous le voudriez… Je vous passe les détails mais ce fut très dur à tous les niveaux. Arrivés tard (20h ou 21h si je me souviens bien) dans Uyuni, nous avons déposé (jeté) les vélos et les bagages dans un hôtel (Hotel Avenida) et nous sommes aller manger directement, sans passer par la case douche ! Pollo, papas fritas y cerveza por favor !